Les villageois en montagne

DSC00213

Dans les contreforts de la chaine himalayenne, dans l’Uttaranchal, l’agriculture est restée traditionnelle. Les terres cultivées sont des microparcelles de 2 acres, en escalier pour éviter les glissements de terrain et garder l’eau sur le champ. Dans ces conditions, la mécanisation est impossible. Grâce a des bassins et canaux d’irrigation, les cultures peuvent remonter au-delà des fond de vallées.

P1050482

Chaque famille possède une parcelle de terre qui lui permet de cultiver des légumes, des céréales et d’avoir un petit troupeau de vache pour être autosuffisant.

            

Dans ces montagnes vivent également des retraités, comme Arun qui s’est retiré a 60 ans dans ce lieu calme et reposant avec lequel il n’avait pourtant aucun lien. Bien que chaque famille soit autosuffisante, il existe une réelle entraide entre les villageois qui n’hésitent pas à demander de l’aide en cas de besoin.

Cependant, la cohabitation avec les animaux sauvages devient difficile. Leurs populations ne cessent d’augmenter, ils deviennent un véritable fléau pour les paysans. Le problème est d’autant plus préoccupant que les villageois ne peuvent tuer un animal du fait de leur grand respect de la vie. Leur seule arme reste la dissuation qui n’empêche pas à la faune locale (lapins, singes, oiseaux, tigres) de détruire 40 pourcent de la production.

De plus, le travail est physique et les hameaux parfois difficiles d’accès. L’exode rural est ici une dure réalite.

……………………………….

At the beginning of Himalayan mountains, Uttaranchal, agriculture is still traditional.
In these places which are difficult to reach, fields look like green stairs, on 2 acres average. That keeps water and avoid land-slids. So mecanisation is impossible.
Thanks to bassins and canals, fields are irrigated and plants grow on the slop.
Each family owns one plot where it cultivates vegetables, cereals and grows some cows. That allows it to be selfsufficient.

In this mountains, some pensioners also seattle who seek selfsufficient, like Arun Khanna. He is retired at 60 years old.
In this place, there is a real mutual aid between villagers who don’t hesitate to ask neighbours a favour.

However, it’s difficult to live with wild animals. Theirs populations increase and they’re becoming a big disease for farmers. Moreover, people doesn’t want to kill them because of their respect of life.
The only solution is to dissuade them from coming near. But that doesn’t stop rabbits, monkeys, birds and tigers to destroy 40 percent of the products per year.

Finally, the works in the farm are difficult and the place are inaccessible. So the leak of the countrysides is a reality here.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :